FARC / 30 jeux punk dans des bornes d’arcade temporaires

FARC

La FARC, Fabrique de bornes d\'ARCade temporaires est un projet inspiré du travail d\'Antonin Fourneau. Trente bornes d\'arcade fabriquées en public de fin septembre au 6 octobre dernier par un collectif organisé autour de Julien Fleureau et Philippe Coudert pour le Retro No Future Games Festival. Comme pour Antonin, ces bornes sont une réponse plastique à l\'enjeu de la présentation publique du jeu vidéo. Construites avec les moyens du bord, à partir de palettes recyclées (en partie récupérées) et d\'écrans cathodiques à l\'abandon, elles répondent parfaitement aux besoins de l\'événement : présenter de manière efficace une sélection de 30 jeux \"punk\" réalisée par le collectif ONE LIFE REMAINS et Pierre Corbinais. A la manoeuvre, une équipe bien fournie : autour de Philippe et Julien, des bénévoles de l\'association LIFE-UP, les techniciens du pôle arts numériques de Visages du Monde (Adlane, Mehdi, Théo, Audrey) et les étudiants de DMA typographie de l\'Ecole Estienne (autour de Julien Hanriot-Colin). Les bornes n\'iront pas à la poubelle ! Si certains d\'entre vous sont intéressés pour récupérer les meubles, faites vous connaitre. Elles seront libérées (le meuble et le contrôleur uniquement) à partir de fin novembre.

La FARC, Fabrique de bornes d’ARCade temporaires est un projet inspiré du travail d’Antonin Fourneau. Trente bornes d’arcade fabriquées en public de fin septembre au 6 octobre dernier par un collectif organisé autour de Julien Fleureau et Philippe Coudert pour le Retro No Future Games Festival. Comme pour Antonin, ces bornes sont une réponse plastique à l’enjeu de la présentation publique du jeu vidéo. Construites avec les moyens du bord, à partir de palettes recyclées (en partie récupérées) et d’écrans cathodiques à l’abandon, elles répondent parfaitement aux besoins de l’événement : présenter de manière efficace une sélection de 30 jeux « punk » réalisée par le collectif ONE LIFE REMAINS et Pierre Corbinais. A la manoeuvre, une équipe bien fournie : autour de Philippe et Julien, des bénévoles de l’association LIFE-UP, les techniciens du pôle arts numériques de Visages du Monde (Adlane, Mehdi, Théo, Audrey) et les étudiants de DMA typographie de l’Ecole Estienne (autour de Julien Hanriot-Colin). Les bornes n’iront pas à la poubelle ! Si certains d’entre vous sont intéressés pour récupérer les meubles, faites vous connaitre. Elles seront libérées (le meuble et le contrôleur uniquement) à partir de fin novembre.